Gilles RAGON

Country / Pays : Management : WORLD
Vocalists : Tenors


© x
Biographie :

Gilles Ragon étudie le chant auprès de Nicolaï Gedda et Gary Magby. C’est avec la musique ancienne et baroque qu’il débute sa carrière en 1984, interprétant et enregistrant Médée de Marc-Antoine Charpentier et Atys de Lully sous la direction de William Christie, Alcyone de Marin Marais, Platée de Jean-Philippe Rameau avec Marc Minkowski, Alceste de Lully et Platée dirigé par Jean-Claude Malgoire ou bien encore Armide de Lully avec Philippe Herreweghe.
Curieux et soucieux de mélanger les styles et les genres Gilles Ragon a progressivement orienté l’évolution de sa voix du répertoire baroque vers Mozart, et interprète maintenant avec la même aisance les répertoires du XIXème siècle et contemporain : c’est ainsi qu’on l’entend dans les rôles de Vincent du Mireille de Gounod, le Chevalier Des Grieux dans Manon de Massenet, le rôle titre dans Werther du même compositeur, Gérald dans Lakmé de Léo Delibes avec Nathalie Dessay, la Damnation de Faust de Berlioz avec Anna Caterina Antonnaci, Hoffmann des Contes d’Hoffmann d’Offenbach.
La critique internationale le remarque dans Raoul de Nangis des Huguenots de Meyerbeer à Liège ainsi que dans Benédict dans Béatrice et Bénédict de Berlioz à Bordeaux et Strasbourg, et personne n’oubliera son Julien dans Louise de Charpentier à Marseille aux cotés de José Van Dam et Nadine Denize
Sa première approche du répertoire wagnérien avec le Mime de Siegfried a été saluée par la critique allemande et le public de Wiesbaden deux saisons consécutives (2005-2006), et son premier grand rôle Straussien (le jaloux et périlleux Matteo d’Arabella) au Capitole de Toulouse et à l’opéra de Liège l’on fait remarquer comme ayant désormais une place d’avenir dans ce répertoire. Essai transformé avec le triomphe de son premier Tannhäuser à Bordeaux.
En ce qui concerne la musique de notre temps, Gilles Ragon à créé de Philippe Fénelon, Les Rois à Bordeaux et Faust à Toulouse, Vanessa de Samuel Barber à Metz et Kullervo de Aulis à Sallinen à Nantes. Il chante également Lulu (le peintre) et Wozzeck (Andres, Hauptmann) de Berg, The Rake’s progress de Stravinsky, sans oublier The Turn of the Screw, The Rape of Lucretia, A Midsummernight’s Dream, Peter Grimes…de Benjamin Britten.
Depuis 1993, avec le pianiste Jean-Louis Haguenauer, il interprète Lied et mélodie française (récitals au Théâtre du Châtelet, Salle Gaveau, à la BNF, aux Flâneries musicales de Reims, à Los Angeles, Midis du Capitole et Studio Bastille, Tourcoing, Vichy, Sceaux…). Ils ont enregistré un disque de mélodies et Duos de Berlioz avec le baryton Didier Henry (Maguelonne), et, en Mars 2010, est sorti un enregistrement consacré à Beethoven (An die ferne Geliebte ) et Schumann (Fantaisie et Dichterliebe) chez Saphir production.
Outre une trentaine d’enregistrements consacrés à la musique ancienne, sa discographie comporte entre autres le rôle de Guillot dans Manon de Massenet dirigé par Antonio Pappano (EMI), Rodrigue et Chimène de Debussy, Les Contes d’Hoffmann avec Kent Nagano et l’Opéra de Lyon (ERATO) ; Le Pays de Guy Ropartz (TIMPANI, premier enregistrement mondial) avec l’orchestre de Luxembourg et Jean-Yves Ossonce, Le chant de la terre de Mahler avec l’EOC et Daniel Kawka (SELENA) et des duos pour ténors A doi tenori, avec Bruno Boterf (EMPREINTE DIGITAL).
Parmi ses projets passés ou à venir citons Don José de Carmen, Pelléas à Sendai et Tokyo, Hauptmann dans Wozzeck à Marseille, Max dans Le Freischütz à St Etienne, Pinkerton dans Madame Butterfly, Paolo dans Françoise de Rimini, Tom Rakewell dans Rake’s Progress, Faust dans La Damnation de Faust au St Galler Festspiele ainsi que Eléazar dans La juive à l’Opéra de Stuttgart où la critique allemande a été unanime sur cet immense succès, qu’il chantera de nouveau au Semperoper de Dresde cette saison, mais aussi ‘What Next’ d’Elliott Carter et ‘Jetzt’ de Mathis Nitschke, ‘Falstaff’, une création de l’Opéra de Hurel; en concert, Gilles a triomphé avec ‘L’enfant Prodigue’ et le Rotterdam Philharmonic Orchestra, ‘Jeanne au Bûcher’ dans le cadre du festival de Salzburg et à la Gulbenkian, L’Heure Espagnole etc.

Biography :

Gilles Ragon studies singing with Nicole Fallien, Nicolaï Gedda and Gary Magby. It is with the early and baroque music that he started in 1984, performing and recording Médée by Marc-Antoine Charpentier and Atys by Lully under the baton of William Christie, Alcyone by Marais, Platée by Jean-Philippe Rameau with Marc Minkowski, Alceste by Lully and Platée conducted by Jean-Claude Malgoire or Armide by Lully with Philippe Herreweghe. Curious and concerned to mix styles and types, Gilles Ragon has directed his voice’s evolution towards Mozart and performs now with the same great facility the XIX century and contemporary repertories. In this way, we hear him in the roles of Vincent in Mireille by Gounod, in Lakmé by Léo Delibes with Nathalie Dessay and he is Le Chevalier des Grieux in Manon and Werther (title role) from Massenet, Hoffmann in Les contes d’Hoffmann, Don José in Carmen. The international critic notices him in Raoul de Nangis in Les Huguenots, from Meyerbeer in Liège, also Bénédict in Béatrice et Bénédict by Berlioz in Bordeaux and Strasbourg. Nobody will forget his Julien in Louise’s Charpentier in Marseille at the sides of José Van Dam and also his Faust in La Damnation de Faust and Matto in Salammbô by Reyer. As far as the contemporary repertory is concerned, Gilles Ragon created of Philippe Fénelon, Les Rois in Bordeaux and Faust in Toulouse, he sangs Lulu (the painter) and Wozzeck (Andres) by Berg, Vanessa by Samuel Barber in Metz and Kullervo by Sallinen in Nantes without forgetting The Turn of the Screw, The Rape of Lucretia, A Midsummer night’s Dream, Peter Grimes’s Benjamin Britten and his Tom Rakewell of Stravinsky’s The Rake’s Progress. His first approach from Wagnerian repertory was the role of Mime in Siegfried, two following years, for which he obtained a huge success, then he sang Matteo in Arabella by Strauss in Toulouse and Liege that made him remarked as now having a future in this repertory. Transformed try with the success of his Tannhäuser in Bordeaux. With the pianist Jean-Louis Haguenauer, he performs Lieder and French melodies (recitals in Théâtre du Châtelet, Salle Gaveau, French National Library (BNF), Flâneries musicales de Reims, in Los Angeles, Midis of Capitole, in Studio Bastille….). They recorded together melodies and duets by Berlioz with the baritone Didier Henry and a CD about Schumann Dichterliebe and Beethoven An die ferne Geliebte (SAPHIR PRODUCTION). Besides about thirty recordings devoted to the early music, his discography is composed of Le Pays by Guy Ropartz (TIMPANI, first world recording) with the Orchestra of Luxembourg, Das Lied von der Erde by Mahler with the E.O.C and Daniel Kawka (SELENA) and his duets for tenor A doi tenori with Bruno Boterf (EMPREINTE DIGITAL). Among his future projects : Faust by Philippe Fenelon in Palais Garnier, L’attaque du Moulin by Alfred Bruneau in Metz, Don José in Carmen , Pelléas in Pelléas et Melisande in Japan, Max in Freischütz in Saint Etienne, Hauptmann in Alban Berg’s Wozzeck in Marseille and Eleazar in La juive by Halevy in Stuttgart.

Retour Page précédente


© 2002 www.valmalete.com

jeudi 17 avril 2014